Hier matin, à 11h30, alors que mon train me conduisait au chevet de ma maman très malade, son coeur a céssé de battre.

J'aurais tellement aimé arrivé à temps pour lui dire une dernière fois combien je l'aimais, mais je suis arrivé deux heures trop tard.

Je serais absente quelques temps pour cause d'obsèques.

Ma petite maman nous a quitté, elle ne peut être que puis heureuse là où elle est.

Mais c'est dure quand même.